Clement Inbona

MACROSCOPE : l'édition du 17 janvier

D’une boucle à l’autre

Aux Etats-Unis, depuis près d’un an, la question de l’augmentation des prix s’est peu à peu introduite dans les échanges des principaux acteurs économiques. Elle a d’abord pénétré les bureaux feutrés de la Fed, puis les conseils d’administration des entreprises. Ce sujet a fini par s’inviter à la table des ménages américains. Cette introduction inopinée s’est réalisée à juste titre, l’une des rares mesures phares disponibles à ce jour sur l’intégralité de l’année 2021 – le Consumer Price Index (CPI) – dévoile la hausse des prix à la consommation sur l’année 2021. Elle atteint 7,1% contre 1,3% l’année précédente, soit la plus forte hausse depuis près de 30 ans, mais également la plus forte accélération annuelle depuis près de 40 ans ! Un ajustement d’une telle violence, qu’il ne peut que provoquer quelques dommages ou bénéfices collatéraux.

Pour les salariés américains, c’est la douche froide. Malgré une hausse de 4,7% de leurs salaires hebdomadaires, que beaucoup d’Européens pourraient envier, le compte n’y est pas. Leur panier de consommation moyen a en effet vu son prix augmenter de 7,1%. En termes réels, il s’agit ainsi d’un appauvrissement relatif de -2,4%. Pour les étudiants ou les retraités, le constat est a priori un peu plus amer encore.

Même si la Fed a dans un premier temps considéré cet épisode de tension sur les prix comme “temporaire”, l’institution a dû se résigner à abandonner cette qualification maladroite et se préparer à lutter frontalement contre ce phénomène, comme son mandat l’y oblige. Ainsi se prépare-t-elle à monter ses taux à 4 reprises cette année, en débutant dès mars prochain. La Banque centrale cessera de gonfler son bilan par des rachats d’actifs conjointement. Certains de ses membres envisagent déjà 5 hausses de taux en 2022, signe que la situation leur paraît urgente.

Pour les entreprises, si l’inflation impacte fortement leur base de coûts – les prix à la production ont augmenté de 9,7% en 2021 –, cela n’empêche pas un cru bénéficiaire exceptionnel. En attendant les résultats définitifs du quatrième trimestre qui seront dévoilés ces prochaines semaines, le consensus s’attend à un chiffre d’affaires pour les entreprises du S&P 500 en hausse de 12,5%. Un chiffre plus élevé que la hausse des prix de leurs intrants donc. Les bénéfices des entreprises devraient littéralement s’envoler, avec une croissance anticipée de 48,7%. Ce sont donc les grands gagnants du phénomène à ce stade. Avec tant de liquidités disponibles, les entreprises ont donc le loisir d’investir ou d’envisager des acquisitions stratégiques pour préparer l’avenir, ou encore de récompenser leurs actionnaires en distribuant des dividendes ou en rachetant leurs propres actions.

Jusqu’ici une boucle prix-profits semble avoir bel et bien avoir eu lieu. Mais l’inflation pourrait persister plus durablement, alimentée par le maintien d’un marché immobilier tendu ou par une vague de Covid paralysant l’usine du monde chinoise. Surtout, elle pourrait s’auto-alimenter par une hausse des salaires, des négociations salariales plus dures étant probables dans un contexte de rareté de la main d’œuvre. Autrement dit, après une boucle prix-profits, il s’agit bien une boucle prix-salaires qui risque de se concrétiser.

 

 Rédaction achevée le 14.01.2022
Auteur : Clément Inbona, Fund Manager

 

Télex

Droit dans ses bottes. Lors de son audition face au Sénat américain dans le cadre de sa reconfirmation au poste de Gouverneur de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell a partagé peu de nouveaux éléments. Le positionnement actuel de la Fed peut résumer par deux de ses déclarations : “economy no longer needs highly accomodative policies ” et “we will use tools to get inflation back”. Le resserrement monétaire est là et bien là. On retiendra également la déclaration suivante, qui ouvre la voie à une 4e hausse de taux en 2022, la première survenant dès mars : “If we have to raise rate more over time, we will […] if more agressive rate increases needed to cool inflation, Fed will do it.”

Single most important problem “. L’enquête NFIB décrit un léger redressement de l’indice de confiance des PME américaines en décembre, un niveau qui reste nettement inférieur aux niveaux d’avant crise. Sur le mois, la perception de la hausse des prix par les entreprises est modérée, même si le pourcentage d’entreprises ayant constaté ou s’attendant à une hausse des prix sur 3 mois reste sur des plus hauts historiques. Pas d’accalmie non plus du côté de l’emploi, le nombre d’entreprises ayant des postes à pourvoir repartant à la hausse. La part des entreprises ayant augmenté ou prévoyant d’augmenter les rémunérations reste quant à elle sur des niveaux records. On retrouve le diptyque observé dans les enquêtes PMI/ISM : un début de modération des prix, notamment des prix à la production dans le secteur manufacturier, mais une hausse des pressions salariales, en particulier dans les services. Pas de quoi envisager un ralentissement rapide de la dynamique inflationniste.ne, qui vient de les monter de 2%. Les taux réels restent pourtant très négatifs… avec une inflation à près de 50%.

 

 

Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.
La Financière de l’Échiquier décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions.