<< Retour aux actualités

Quels placements choisir pour vos enfants ?

Le placement le plus connu pour constituer une épargne au profit de vos enfants ou de vos petits-enfants est le livret d’épargne. Mais depuis plusieurs années, sa rémunération est très faible. Votre enfant, en attendant sa majorité, dispose d’un horizon d’investissement de plusieurs années. Il peut donc investir sur des actifs plus dynamiques pour rechercher une meilleure valorisation de son épargne.

Afin d’étendre le choix des supports, deux autres formules sont envisageables : le compte-titres et l’assurance-vie. Des alternatives qui méritent d’être explorées.

Quel est le rôle des parents ?

Si un enfant mineur ne dispose pas de la capacité juridique, il peut en revanche posséder un patrimoine.

Ce sont ses parents (représentants légaux) qui agissent en son nom et remplissent les différentes formalités. L’enfant ne pouvant gérer lui-même ses biens, c’est également à eux qu’incombe cette responsabilité. Jusqu’à la majorité de l’enfant, aucun prélèvement ne peut être effectué sans l’accord des parents. Les enfants mineurs étant rattachés au foyer fiscal de leurs parents, l’ensemble des revenus et plus-values réalisées sur leurs comptes s’ajoutent aux revenus du foyer fiscal et doivent intégrer l’imposition des revenus des parents.

La majorité de l’enfant atteinte, les pouvoirs des parents sur son compte s’éteignent et seul l’enfant en devient maître.

Optez pour la diversification avec le compte-titres !

Simple dans son fonctionnement, le compte-titres permet de diversifier son épargne sur un large choix de supports d’investissement, du plus prudent au plus dynamique.

Qu’en est-il de l’ouverture d’un compte PEA (Plan d’Epargne en Actions) ou PEA-PME ? Pour accéder à ces enveloppes dédiées aux actions européennes et fiscalement attractives, votre enfant doit être fiscalement indépendant.

L’assurance-vie, une solution pour vos enfants aussi !

Le plus souvent, c’est vous qui transmettez les premiers capitaux à vos enfants, par exemple via une donation, afin qu’il amorce la constitution de son patrimoine financier. Optez pour un contrat d’assurance-vie !  Un enfant mineur peut en effet souscrire un contrat d’assurance-vie, ses parents devront co-signer la souscription du contrat. Tout retrait avant la majorité de l’enfant devra également être approuvé par les deux parents. Et si vous souhaitez vérifier le bon emploi de la donation, optez alors pour un contrat d’assurance-vie assorti d’un pacte adjoint (ou avec une clause d’inaliénabilité intégrée à l’acte notarié). Ce document peut permettre, par exemple, d’encadrer l’utilisation des fonds jusqu’au 25e anniversaire de votre enfant.

Ces dispositions sont également valables si vous réalisez une donation « transgénérationnelle », des grands-parents au profit des petits-enfants par exemple.

Pour couvrir les futurs besoins de vos enfants (financement des études, aide à l’acquisition d’un logement…) vous pouvez donc diversifier leur épargne par le biais d’un compte-titres et/ou d’un contrat d’assurance-vie. Ces formules d’investissement leur donnent accès à d’autres classes d’actifs (actions, obligations…) et leur permettent, sur le long terme, de rechercher une meilleure rémunération.