<< Retour aux actualités

Volkswagen : objectif 120

Repérer les retournements de tendance n’est pas chose aisée. Mais à entendre le discours du Directeur général de Volkswagen, Martin Winterkorn, au sujet de la stratégie environnementale du groupe, un point d’inflexion se dessine clairement.

En annonçant un objectif de réduction des émissions de CO2 de ses véhicules à 120 g/km d’ici à 2015, soit 10 grammes en-dessous des objectifs fixés par l’Union Européenne, la société se place manifestement dans une nouvelle dynamique. Après avoir longtemps contesté ces objectifs européens, jugés trop contraignants, et avoir occupé les derniers rangs des classements publiés par la Fédération Européenne Transport & Environnement du fait d’un niveau d’émission élevé de sa flotte de véhicules, le groupe montre désormais des signes de « reprise » encourageants.

D’abord, Volkswagen figure depuis septembre 2011 en deuxième position parmi les constructeurs qui ont le plus progressé avec une réduction de ses émissions de 6% en un an. Ensuite, le groupe a présenté une feuille de route ambitieuse avec une réduction de 30% de ses émissions sur la période 2006-2015 et le lancement de nouveaux modèles de 10 à 15% plus efficients que les précédents. Pour ce faire, les moyens mis en œuvre sont très significatifs. Volkswagen a ainsi officialisé un plan d’investissement de 62 Md€ qui s’étalera sur cinq ans et dont les deux tiers seront dédiés à l’amélioration des performances des moteurs à combustion, qui restent sans conteste la priorité du groupe, au grand dam des défenseurs des moteurs 100% électriques ou hybrides. Parmi les principales pistes figurent, la miniaturisation des moteurs, la technologie de désactivation de cylindres ou encore le recours à des matériaux plus légers comme l’aluminium. Avec bien sûr, une importante contribution des équipementiers sans qui ces efforts de réduction seraient intenables. Enfin, la démarche de progrès de Volkswagen s’illustre par la fixation d’un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2020 par rapport à 2010 à l’échelle du groupe. En très bonne voie !